Écho de presse

La diaspora corse dans la France urbaine au début du XXe siècle

le 23/07/2019 par Pierre Ancery
le 28/06/2019 par Pierre Ancery - modifié le 23/07/2019
La fête des Corses de Paris, agence Mondial, 1932 - source : Gallica BnF
La fête des Corses de Paris, agence Mondial, 1932 - source : Gallica-BnF

Fuyant la pauvreté de l'Île de Beauté, les Corses sont nombreux à s'exiler sur le continent ou dans les colonies françaises au XIXe et au début du XXe siècle. À Paris, Marseille ou encore Alger, d'importants réseaux de solidarité se créent.

Le 13 février 1903, Le Petit Troyen fait le compte-rendu d'une conférence donnée la veille par un certain M. Vanwtberghe sur la Corse et ses habitants. Voici comment le conférencier définit « l'esprit corse » :

« Le fondement de l’esprit corse dans les relations sociales, la politique, la vendetta, est la conception de la famille. C’est toujours le clan comprenant le ban et l’arrière-ban des cousins et arrière-cousins, parfois aussi imaginaires qu’éloignés, tout ce monde marchant en véritable troupeau très uni. C’est là une forme familiale touchante et sympathique, mais correspondant évidemment à un état primitif de la vie [...].

 

La politique ne prend une fermeté qui pourrait faire croire à une lutte d’idées, qu’en cas de lutte de clan (rivalité des familles Bonaparte et Pozzo di Borgo). Même explication pour la vendetta, forme primitive de justice à laquelle les pasteurs corses demeurent attachés. Dans le nord de l'île surtou...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)