Écho de presse

L’étonnante vie de Clémentine Delait, fière femme à barbe

le 30/11/2021 par Marina Bellot
le 26/02/2020 par Marina Bellot - modifié le 30/11/2021
Carte postale montrant une Clémentine Delait en promenade, au faîte de sa gloire, 1918 - source : Imprimeries réunies de Nancy-WikiCommons
Carte postale montrant une Clémentine Delait en promenade, au faîte de sa gloire, en 1918 - source : Imprimeries réunies de Nancy-WikiCommons

Au printemps 1939, la presse nationale relaie à l'unisson la mort d’une figure d’importance : celle de Clémentine Delait, célèbre femme à barbe vosgienne de la Belle Époque – et parfait inverse du « phénomène de foire ».

Lorsqu’elle décède à l’âge de 74 ans, Clémentine Delait, dont le nom aurait simplement pu figurer à la rubrique nécrologie du journal local, fait l’objet d’articles quasiment hagiographiques, et voit sa photo affichée en Une de L’Humanité.

Ce qui a propulsé la tenancière d’un bar des Vosges en personnage public d'envergure nationale : « une longue et soyeuse barbe » comme le légende le quotidien communiste, tandis que sur la photo apparaît un saisissant contraste : on y voit une femme aux cheveux tirés et au vêtement féminin cintré à la taille, affublée d’un des plus forts symboles visibles de la masculinité, une barbe.

Dans l’article publié par Le Journal le 21 avril 1939 et retraçant le parcours de Clémentine Delait, apparaissent tous les éléments de sa singula...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet