Écho de presse

La création de la ménagerie du Jardin des Plantes en 1794

le 08/05/2021 par Pierre Ancery
le 29/04/2021 par Pierre Ancery - modifié le 08/05/2021

En pleine Révolution, Bernardin de Saint-Pierre imagine de créer une ménagerie ouverte à tous au Jardin des Plantes, à Paris. Se donnant pour but l'instruction publique et le progrès de la science, elle sera le premier parc zoologique moderne.

Automne 1792. Bernardin de Saint-Pierre, le nouvel intendant du Jardin des Plantes à Paris, se rend à Versailles pour voir l'ancienne ménagerie royale. Celle-ci, fondée sous Louis XIV, est en ruines depuis que Louis XVI a quitté le palais en 1789. Seuls cinq animaux sont encore en vie : un rhinocéros indien, un bubale, un pigeon à crête bleue, un quagga (une sous-espèce du zèbre disparue en 1883) et un lion d'Afrique. On prévoit de les tuer et de les empailler.

Mais Bernardin de Saint-Pierre va avoir une autre idée : il imagine de leur façonner un espace de vie au Jardin des Plantes, dans un lieu où tout le monde pourrait venir les regarder.

Un projet qu'il décide d'exposer à la Convention nationale : de retour à la capitale, l'auteur de Paul et Virginie se lance dans la rédaction d'un Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des plantes de Paris. En novembre 1792, le Mercure français reproduit des extraits de ce texte dans lequel l'écrivain explique que la ménagerie, ouverte aux visite...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet