Écho de presse

Les gardiens de phare, « héros obscurs et oubliés »

le 25/07/2021 par Pierre Ancery
le 20/07/2021 par Pierre Ancery - modifié le 25/07/2021

Dans la première moitié du XXe siècle, les gardiens de phare réclament une amélioration de leur traitement. La presse s'intéresse à leurs difficiles conditions de travail.

Au début du XXe siècle, le métier immémorial de gardien de phare se professionnalise peu à peu. Ces fonctionnaires exercent une tâche des plus difficiles, voire très dangereuse pour ceux qui l'effectuent en pleine mer. Aussi vont-ils à plusieurs reprises demander une amélioration de leur traitement.

Le Petit Marseillais interviewe l'un d'eux en mars 1913. Il parle de ses conditions de travail :

« Même en temps normal, imaginez ce qu'est notre existence dans les tours humides où nous vivons sans distraction, sans plaisir. Le travail est notre seul divertissement, si l'on peut dire ! Il est divisé en deux quarts : le premier, de 4 heures du soir à minuit, le second, de minuit à 7 heures du matin. Dans la journée, nous devons faire la propreté des cuivres et de la lanterne...

Et dans certains phares les gardiens travaillent jusqu’à quatorz...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Rép. radicale (1898-1914)