Généalogie

5 questions au généalogiste Tony Neulat

le 07/03/2022 par Tony Neulat, Benoît Collas
le 15/12/2021 par Tony Neulat, Benoît Collas - modifié le 07/03/2022

Dans son guide Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques, Tony Neulat explique pas à pas comment enrichir son arbre généalogique et en apprendre davantage sur le quotidien de ses ancêtres grâce aux nombreuses ressources numérisées par la Bibliothèque nationale de France sur Gallica et RetroNews.

RetroNews : À quel moment votre passion de la généalogie est-elle née ?

Tony Neulat : Je suis passionné de généalogie depuis l’âge de douze ans. Tout petit déjà, j’étais fasciné par l’Histoire, l’archéologie et la mythologie. En lisant l’Iliade et l’Odyssée, j’ai commencé à griffonner les liens de parenté enchevêtrés entre tous ces héros grecs, systématiquement qualifiés de « fils de »… De fil en aiguille, je me suis intéressé aux dynasties de l’Antiquité et aux familles princières européennes sans toutefois songer à reconstituer mon propre arbre généalogique.

J’ai eu la révélation en 1998 lorsque je me suis rendu, avec une cousine, à la mairie du village de mes grands-parents. Quand j’ai découvert, dans un obscur placard d’une pièce annexe de la mairie, les épais volumes aux reliures de cuir, quand j’ai senti l’odeur si caractéristique du papier séculaire, quand j’ai caressé ces pages à la calligraphie parfaite, j’ai alors réalisé que je pouvais, moi aussi, à ma mesure, endosser les costumes d’historien et de détective.

3 siècles de presse à explorer

Retrouvez vos ancêtres sur RetroNews

Accédez à votre histoire en illimité grâce aux archives de presse présentes sur RetroNews. 

EN SAVOIR PLUS

Quand avez-vous commencé à écrire sur les recherches généalogiques ?

J’ai commencé à partager par écrit les résultats de mon enquête généalogique à l’aube de mes vingt ans. Il s’agissait initialement d’ouvrages de portée familiale tels que des albums de photographies anciennes commentés. Puis j’ai publié quelques analyses dans des revues de généalogie ou d’histoire locale.

Mais c’est à vingt-quatre ans que j’ai franchi un cap en rejoignant la rédaction d’un magazine de généalogie de référence. En effet, il n’était plus question de partager le fruit de mes recherches mais plutôt le fruit de mon expérience, à l’aide de conseils méthodologiques divers. Depuis, je n’ai jamais cessé de publier dans des revues de généalogie. En parallèle, je me plais à écrire, quand je parviens à m’extraire du quotidien, des guides de généalogie sur des sujets inédits. Mon dernier ouvrage, Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques, s’inscrit dans cette lignée.

La presse ancienne vous a-t-elle permis de vous sortir d’impasses de votre arbre généalogique ?

Tout dépend de ce que l’on entend par arbre. Si l’on parle de mon arbre généalogique ascendant, il est complet, du moins du côté français, jusqu’au début du XVIIIe siècle, et ce, depuis très longtemps. Par conséquent, j’étais déjà parvenu à surmonter les nombreux obstacles rencontrés avant que les campagnes de numérisation et d’indexation de la presse ancienne ne voient le jour.

En revanche, j’ai pu, depuis une douzaine d’années, considérablement étoffer mes arbres généalogiques descendants grâce aux journaux d’époque en ligne. J’ai même découvert, grâce à la presse ancienne, des branches totalement insoupçonnées, que je n’aurais certainement jamais détectées autrement. Je pense notamment à des demi-frères, nés hors mariage, d’une aïeule à la sixième génération, découverts grâce à un avis de décès de 1932.

Quand on y songe, il est fabuleux de pouvoir retrouver un article sur un membre de sa famille, parmi des millions de pages de journaux, et ce, en saisissant simplement un nom dans un moteur de recherche !

Que peut apporter de spécifique la presse ancienne en généalogie ?

Les journaux anciens, et en particulier les titres locaux ou officiels, constituent, à de nombreux égards, une source incontournable pour les recherches familiales, notamment au travers de leurs rubriques « état civil », « nécrologie », « faits divers », « annonces et avis divers ». Les généalogistes ont tout intérêt à s’y pencher, que ce soit pour retrouver la trace d’un ancêtre, percer un secret de famille, déterminer les circonstances d’un accident, reconstituer la carrière d’un membre de leur famille, dénicher un décret de naturalisation, découvrir des cousins nés il y a moins de cent ans, ou encore – et surtout – saisir sur le vif des instantanés de la vie de leurs aïeux.

Quelles sont les plus belles découvertes que vous ayez faites dans la presse ?

J’ai retrouvé des dizaines de mentions de mes ancêtres dans les journaux locaux d’époque, à l’occasion de naissances, de mariages ou de décès, de la délivrance d’une médaille du travail ou de la famille nombreuse, de l’obtention du certificat d’études primaires, d’une vente de matériel agricole ou de fonds de commerce, d’un accident de chasse, d’une affectation professionnelle ou militaire, d’une fête locale ou d’un concours agricole, etc.

Je ressens évidemment une grande émotion à chaque trouvaille. Néanmoins, certaines découvertes dans la presse ancienne m’ont particulièrement touché : l’avis de recherche de ses enfants de 11 et 15 ans, publié par mon arrière-grand-mère en 1940, qu’elle avait perdus pendant la débâcle ; la très longue maladie d’une autre arrière-grand-mère en 1933, à laquelle elle a survécu ; le récit détaillé d’un drame de 1926 qui m’a permis de percer un secret de famille presque centenaire ; enfin, l’entrefilet annonçant que mon arrière-arrière-grand-père avait tiré un coup de revolver sur sa femme, heureusement sans l’atteindre.

Chacun de ces récits apporte un éclairage unique sur ma famille et me laisse entrevoir quelques bribes de son quotidien. C’est pourquoi je les savoure tous, du plus poignant au plus anecdotique.

 

-

Passionné de généalogie depuis l’âge de douze ans, Tony Neulat est rédacteur dans La Revue française de généalogie et membre de la European Academy of Genealogy. Il partage, depuis 2009, son expérience et ses conseils à travers ses publications et ses formations. Il est également auteur des guides Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiquesRetrouver ses ancêtres à Malte et Trouver des cousins inconnus ou perdus de vue.

NOUVEAUTÉ - Guide de généalogie

Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques

Dans ce guide pratique, le généalogiste Tony Neulat vous donne les clés pour naviguer efficacement dans Gallica et RetroNews et partir à la découverte de vos ancêtres.

En savoir plus