Long Format

« Monstres en soutane » : premiers scandales sexuels dans l’Église

le par - modifié le 06/05/2021

À l’orée de la IIIe République, la presse radicale se déchaîne contre l’institution catholique lorsqu’éclatent au grand jour plusieurs affaires de pédophilie. Une abbaye de Bourgogne est alors sous les feux des projecteurs, et avec elles ses « odieux ensoutanés ».

En juin 1888 éclate un scandale qui va causer la perte de la puissante congrégation de Saint-Joseph, installée depuis 1841 dans l’abbaye de Cîteaux, en Bourgogne. À l’origine de la déflagration, un adolescent détenu dans cette institution, qui accueille des jeunes délinquants placés par l’État : en fuite, il a été arrêté le 18 juin pour vagabondage et affirme avoir subi, comme la plupart des autres membres de la colonie pénitentiaire, des coups et attouchements « lubriques » de la part des frères.

Rapidement, l’incident se mue guerre de tranchée entre cléricaux et anticléricaux, à la charnière de deux enjeux : une nouvelle sensibilité sociale au sort des enfants et la lutte des républicains contre l’influence de l’Église, au sein de l’école, de l’armée, des prisons ou de la magistrature.

Lorsque l’affaire éclate, la IIIe République, consolidée depuis à peine une décennie, est ébranlée par la menace boulangiste. La nécessité de ressouder les rangs républicains contre un ennemi commun, le « cléricalisme » dénoncé par Gambetta en 1877, explique pour partie le déchaînement d’indignation dans la presse républicaine, et sa brusque sollicitude à l’égard des enfants maltraités.

Nouveauté podcast : « Séries noires à la Une »

La presse et le crime, le nouveau podcast de RetroNews

Peur sociale, fiction de l’anarchie, crimes politiques, chroniques du Paris des Apaches… Découvrez chaque mois un phénomène criminel par la presse dans Séries Noires à la Une.

Écouter les épisodes

Mais la question des « débauches sexuelles » au sein de l’Église n’a rien de neuf. Leur dénonciation était déjà un lieu commun du siècle des Lumières et inspira quantité de pamphlets pendant la Révolution. Si l’émotion semble être retombée pendant la première partie du siècle, elle connaît un regain de vigueur à compter des années 1880, décennie durant laquelle l’historienne de la pédophilie Anne-Claude Ambroise-Rendu décèle, plus largement, une attention accr...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Débuts de la IIIe Rép. (1871-1898)

Sur le même sujet