Long Format

1942 : émeute à la suite des restrictions alimentaires

le par - modifié le 09/11/2021

Le 31 mai 1942, une protestation organisée par la résistance communiste devant un magasin de la rue de Buci, à Paris, vire à l’émeute et fait deux morts dans les rangs de la police. Elle entraînera une répression sanglante avant d’être reconnue comme fait de résistance après la Libération.

Gare Montparnasse, 17 août 1942. Alors qu’on les embarque pour Rennes, lieu de leur future détention, des prisonnières politiques se mettent à entonner La Marseillaise afin de provoquer l’émoi et de faire diversion pour faciliter l’évasion d’une codétenue. À bord du train, Madeleine Marzin saute par une fenêtre sur la voie et, avec la complicité d’employés de chemin de fer, réussit à se fondre dans la foule. Un mois plus tôt, cette militante communiste avait été graciée par le maréchal Pétain après sa condamnation à mort en tant que meneuse d’une manifestation contre les restrictions alimentaires, qui fit deux morts par balle et trois blessés chez la police.

Le 31 mai 1942, jour de la Fête des mères, un groupe de femmes, avec Madeleine Marzin à sa tête, se rassemble devant un magasin au carrefour, très commerçant, de la rue de Buci et de la rue de Seine, dans le 6e arrondissement de Paris. Elles sont là pour dénoncer la façon dont les Allemands s’accaparent les stocks de nourriture, pour protester contre le rationnement généralisé à coups de tickets d’alim...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet