Écho de presse

Au XIXe siècle, premières célébrations de la gastronomie française

le 19/02/2021 par Marina Bellot
le 10/09/2018 par Marina Bellot - modifié le 19/02/2021
Photographie d'une illustration du « Livre de cuisine » de Jules Gouffé, paru en 1867 - Domaine public
Photographie d'une illustration du « Livre de cuisine » de Jules Gouffé, paru en 1867 - Domaine public

Tout au long du XIXe siècle, la gastronomie française s'affirme de plus en plus dans la presse comme un pan à part entière de la culture française : grands chefs et critiques culinaires lui donnent alors ses premières lettres de noblesse.

Après les temps difficiles de la Terreur, l’époque est à la célébration des plaisirs de la vie, et la bonne chère est à l’honneur chez les bourgeois de la France du début du XIXe siècle. La « science de la gueule », comme on l'appelait jusqu'alors, est supplantée par l'expression plus raffinée de « gastronomie ».

Tandis que les premiers restaurants, ouverts à la Révolution par des cuisiniers désœuvrés – pour cause d’exil de leurs maîtres –, se multiplient à Paris, une nouvelle corporation se développe : celle des critiques gastronomiques.

L’un de ses pères fondateurs est Grimod de La Reynière (1758-1837), véritable célébrité de son temps, qui publie en 1803 le tout premier guide gastronomique, L'Almana...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Sur le même sujet