Écho de presse

La danseuse Jane Avril, reine du Moulin-Rouge

le 17/11/2021 par Pierre Ancery
le 27/05/2021 par Pierre Ancery - modifié le 17/11/2021

Immortalisée par Toulouse-Lautrec, la danseuse Jane Avril (1868-1943) fut l’une des étoiles du célèbre cabaret de Pigalle. Surnommée la « Mélinite », du nom d’un explosif, elle connut la gloire à partir de 1889, mais ses dernières années furent marquées par la pauvreté.

« La danse, c’est ma vie », disait celle qui fut l’une des grandes stars de la nuit parisienne de la fin du XIXe siècle. Pourtant, l’enfance de Jeanne Louise Beaudon, dite Jane Avril, n’eut rien d’un conte de fées :  née à Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris, elle subit très jeune les mauvais traitements de sa mère, une demi-mondaine. Son père, un Italien se disant marquis, ne la reconnut jamais.

La petite Jane, fugueuse, est placée dans une institution. Puis elle est internée dès 14 ans pour « troubles nerveux » à l’hôpital de la Salpêtrière, auprès du célèbre docteur Charcot, où elle se retrouve la seule adolescente parmi des femmes adultes déclarées « hystériques ». Un séjour dont elle gardera un bon souvenir. Elle quitte la Salpêtrière à 16 ans, mais au lieu de retourner chez sa mère, elle fugue à nouveau et est recueillie par des prostituées qui lui font connaître le monde de la nuit.

C’est là qu’elle découvre sa grande passion, la danse. Elle se rend au Bal Bullier et à l’Elysée-Montmartre, où l...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée