Généalogie

Percer un secret de famille grâce à RetroNews

le 22/11/2021 par Tony Neulat
le 17/05/2021 par Tony Neulat - modifié le 22/11/2021
Photo de famille prise dans les années 1910 - source : collection personnelle
Photo de famille prise dans les années 1910 - source : collection personnelle

La part d’inconnu du « secret de famille », portée par une chaîne de transmission de plusieurs générations, peut être couplée à un pendant émotionnel qui rend difficile la connaissance totale du récit. La presse, elle, parle. Souvent, ce qui est tu aujourd’hui a pu faire grand bruit dans les journaux d’alors, notamment à l’échelle locale.

Remettre dans leur juste réalité certains événements familiaux peut s’avérer complexe lorsque les protagonistes sont eux-mêmes décédés et que le récit s’est vu transformé au fil des générations, ou mis de côté par la mémoire. Ainsi, lorsqu’un travail de recherche est entrepris, les archives offrent une source de réponses majeure, par le ton qu’elles emploient pour dire le fait et par leur fort ancrage dans le quotidien du lecteur. Faits divers et petites gloires se voient plus que souvent accorder colonne ou mention qui permettent de retracer la généalogie familiale. Le cas d’école personnel est une illustration adéquate de ce processus. 

Je visitais une grand-tante de mon épouse et en profitais pour parcourir les anciens albums de famille. Une des photographies, représentant quatre fils et leur mère, attira mon attention. La grand-tante à laquelle nous rendions visite précisa qu’il s’agissait de « la grand-mère Boisjot et de ses enfants ». Le nombre de ces derniers m’intriguait : je n’avais en effet jamais entendu mentionner l’un d’entre eux. Le malaise était palpable, entouré de quelques vagues explications contradictoires livrées à demi-mots. Les interlocuteurs parlaient d’un fils, Julien, peut-être déserteur de la guerre de 14-18, lequel aurait commis un crime quelconque puis se serait suicidé d’un coup de fusil et aurait fini par être rayé de l’état civil. L’évocation de son prénom provoquait apparemment une grande émotion chez la grand-mère de la photographie : « Ceux qui savaient se taisaient et les autres ne savaient pas », finit-on par me dire.

3 siècles de presse à explorer

Retrouvez vos ancêtres sur RetroNews

Accédez à votre histoire en illimité grâce aux archives de presse présentes sur RetroNews. 

EN SAVOIR PLUS

Comment saisir la réalité de cette histoire familiale ? Il fallait tout d’abord entamer une recherche généalogique classique parmi les registres familiers des chasseurs d’ancêtres. Grâce aux tables décennales et aux recensements de l’époque, la trace de la famille est retrouvée à Ambrault, dans l'Indre, ainsi que celle dudit Julien Boisjot. Né le 5 août 1903 à Ambrault, Julien Maurice, réside en 1906 et 1911- années de recensements- avec ses parents à Ambrault. En 1921, il ne vit plus avec eux : la question de son devenir est alors soulevée. 

Afin de voir si la presse se fait l’écho du méfait évoqué par la famille, il faut interroger RetroNews. La recherche simple du nom « Boisjot », accessible à tous sans abonnement, livre soixante-trois résultats. Le nom de famille n’étant ni un nom commun, ni un patronyme fréquent, le nombre de résultats, sans avoir utilisé aucun filtre, est tout à fait raisonnable. Les aperçus des six premiers résultats sont très prometteurs. Ils datent tous de septembre 1927 et font état de « drame », « jalousie », « blessé » et « suicide ». 

Pour visualiser parmi ces soixante-trois résultats, ceux relatifs au drame, il faut filtrer la date de publication et se fixer sur le mois de septembre 1927.

Cliquer sur le bouton Fréquence du terme permet aussi d’observer le nombre d’occurrences du mot recherché par année.

L’usage de cette fonctionnalité est impératif dans le travail d'identification d’un évènement marquant relayé par plusieurs périodiques. Si le nombre de résultats sans filtre avait été dix fois supérieur, elle se serait avérée indispensable. Le pic de 1927 correspond à l’incident à l’origine de l’investigation familiale. Lorsque l’utilisateur clique, seuls les dix extraits de journaux détaillant cette tragédie apparaissent. Il faut alors les consulter, non sans hâte, pour percer le secret familial vieux de près d’un siècle.

Les différents articles se répètent considérablement, parfois donnant à voir un simple résumé des éléments lus dans une feuille précédente, à l’instar de ce filet tiré du Journal du 16 septembre 1927 :

« Il blesse grièvement un domestique, tire sur les gendarmes et se suicide

Châteauroux, 15 septembre. – Dans un domaine, près de Sassierges-Saint-Germain, le fils du fermier, Julien Boisjot, 24 ans, entretenait des relations avec Jeanne Aubard, 13 ans, pupille de l’Assistance publique, que ses parents avaient à leur service. Jaloux, à tort, du domestique Emile Levroux, 18 ans, qu’il croyait être son rival, Boisjot alla à sa rencontre et le blessa grièvement de deux coups de fusil ; puis il s’enferma dans sa chambre. Lorsque les gendarmes vinrent pour l’arrêter, il fit feu à deux reprises sur eux, sans les atteindre. Le meurtrier s’est ensuite suicidé. »

D’autres journaux sont plus diserts. Ils relatent les faits à l’identique, mot pour mot, reprenant les éléments de la même source. Le Phare de la Loire du 17 septembre 1927 dresse un récit vivant des événements :

« Après avoir abattu son rival et tiré sur les gendarmes, un jeune homme se fait sauter la cervelle

Châteauroux, 16 septembre. - Un drame de la jalousie s'est déroulé, jeudi, dans un domaine exploité par M. Boisjot, au Fouineau, à proximité de Sassierges-Saint-Germain. Un des fils, Julien Boisjot, 24 ans, entretenait des relations avec une jeune pupille de l'Assistance publique, Jeanne Aubard, 13 ans, dont il se montrait très jaloux. Sa jalousie, que rien ne justifiait, d'ailleurs, lui fit prendre en haine un domestique de son père, Emile Levroux, 18 ans.

Jeudi matin, alors que ses parents étaient au marché et Levroux occupé dans un champ, Julien Boisjot s'emparait de son fusil, malgré les exhortations de sa jeune maîtresse, qui cherchait à le désarmer, et, après avoir bu plusieurs litres de vin, il partit dans la direction où travaillait Levroux.

Jeanne Aubard, qui savait la vie de celui-ci en danger, se précipita pour l'avertir, mais en cours de route, Julien Boisjot, se dressa devant elle. 

- Va-t-en ou je tire ! lui cria-t-il. Elle s'enfuit.

Quelques instants plus tard, Boisjot, à moins de cinq mètres, tirait deux coups de fusil sur celui qu'il croyait son rival. Le premier manqua son but, mais le deuxième atteignit Levroux dans le dos. Le malheureux roula sur le sol, et Boisjot se précipita sur lui, le mordant cruellement au visage. Puis il regagna le domaine de ses parents.

Vers 13 heures, Boisjot père et sa femme, y arrivaient à leur tour, précédant de quelques instants les gendarmes d'Ardentes. Julien Boisjot ne voulut pas entendre les conseils de calme que lui prodiguait sa mère, et quand le gendarme Forget, le premier, apparut au coin des bâtiments du domaine, il tira deux coups de fusil sur lui. Les charges, fort heureusement, vinrent se perdre dans un mur derrière lequel le gendarme s'était rejeté. 

Sans perdre son sang-froid, le gendarme Forget passa derrière le bâtiment, et il se trouva ainsi quelques instants plus tard à quelques mètres du meurtrier. 

- Je dépose mon mousqueton, pose ton fusil, lui dit-il. Et Julien Boisjot de répondre, comprenant que toute résistance était impossible : "Non, tue-moi !" 

Puis, comme le gendarme refusait de le mettre en joue, Julien Boisjot, lui dit : "Puisque tu ne veux pas me tuer, je vais me tuer moi-même !", et il se fit sauter la cervelle. 

L'état du jeune Emile Levroux est grave. »

L’indexation des journaux reposant sur une océrisation automatique, il se peut que certains articles relatifs aux événements n’apparaissent pas dans les résultats. Il est possible d’y accéder en cherchant d’autres mots-clés des articles précédents tels que « Sassierges », « Emile Levroux » ou « Jeanne Aubard » sur la période du mois de septembre 1927. Ce procédé utile permet de parcourir plusieurs articles supplémentaires. Le Petit Journal du 16 septembre 1927, La Mayenne du 18 septembre 1927, La Petite Gironde du 16 septembre 1927 publient sur le sujet en donnant des informations supplémentaires en ce qui concerne Le Petit Journal.

Si ces articles de presse nous invitent à penser que ce Julien Boisjot est bien la personne recherchée, il faut se méfier des homonymes et penser à vérifier scrupuleusement la similitude des prénoms, âges et lieux de naissance. Sassierges-Saint-Germain est à 6 km d’Ambrault, la consultation du recensement de 1926 de Sassierges-Saint-Germain (cote M 4969, vue 16/18 sur le site Internet des archives départementales de l’Indre) permet de retrouver toute la famille Boisjot à Fouineau. La preuve est faite. Malheureusement, ni la maîtresse de Julien Boisjot ni le domestique Levroux n’y figurent.

Le récit familial des événements de 1927 est éclairci. L’acte de naissance de l’ancêtre n’a pas été effacé de l’état civil et est en ligne sur le site des archives départementales. Julien Boisjot n’a pas eu de comportement discutable pendant 14-18 : il s’agissait d’une tentative de meurtre relevant d’une affaire privée.

RetroNews et son indexation de plus de 1500 titres de presse permettent de mettre à jour des récits flous ou absents datant des siècles précédents avec des recherches rapides.

En utilisant RetroNews, vous pouvez aussi vous lancer dans ce travail de recherche et dans cette quête de réponses en essayant de capturer les quelques moments marquants de la vie de vos ascendants relevés par la presse de leur temps.

-

Passionné de généalogie depuis l’âge de douze ans, Tony Neulat est rédacteur dans La Revue française de généalogie et membre de la European Academy of Genealogy. Il partage, depuis 2009, son expérience et ses conseils à travers ses publications et ses formations. Il est également auteur des guides Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques et Retrouver ses ancêtres à Malte, publiés aux éditions Archives & Culture.

NOUVEAUTÉ - Guide de généalogie

Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques

Dans ce guide pratique, le généalogiste Tony Neulat vous donne les clés pour naviguer efficacement dans Gallica et RetroNews et partir à la découverte de vos ancêtres.

En savoir plus