Généalogie

Un artiste dans la famille ? Reconstituez son parcours grâce à RetroNews !

le 07/03/2022 par Tony Neulat
le 14/06/2021 par Tony Neulat - modifié le 07/03/2022
Le Mystérieux Neulat, affiche produite par les imprimeries alsaciennes de Strasbourg

La presse ancienne est un gisement généalogique extraordinaire pour retrouver la trace de ses ancêtres. Pour peu que l’un d’entre eux ait joui d’une certaine notoriété, c’est toute sa vie qui nous est livrée en filigrane dans les périodiques de l’époque. Illustration à l’aide d’un cas concret, celui d’un artiste.

Un simple mot, noyé dans un acte d’état civil, suffit parfois à nous embarquer dans une belle aventure…

Poursuivant inlassablement mes recherches généalogiques, j’ai découvert, au détour d’un acte de mariage, qu’un membre de ma famille exerçait une profession des plus insolites : prestidigitateur ! En effet, Louis Jean François Neulat (1854-1904) est déclaré prestidigitateur sur son acte de mariage du 7 novembre 1885 à Chalon-sur-Saône (71) avec Marie Laure Castaing. Une telle profession, qui se démarque des habituels cultivateurs, commerçants et artisans divers, a bien évidemment piqué ma curiosité ! Était-il célèbre ? Où se déroulaient ses représentations ? En quoi consistaient ses tours ? Autant de questions qui m’incitent et m’invitent à parcourir la presse ancienne, probablement la seule source capable d’apporter des réponses.

Extrait de l’acte de mariage du prestidigitateur Neulat - source : Archives départementales de Saône-et-Loire
Extrait de l’acte de mariage du prestidigitateur Neulat - source : Archives départementales de Saône-et-Loire

Consulter des milliers de pages de quotidiens d’époque – mais lesquels ? –, à la recherche d’une personne inévitablement itinérante eu égard à son métier, voilà une quête assurément illusoire il y a une dizaine d’années… Aujourd’hui, grâce aux formidables campagnes de numérisation et d’océrisation (i.e. reconnaissance automatique de chaque lettre du texte par un programme informatique) de la presse ancienne, conjuguées aux multiples fonctionnalités de recherche de RetroNews, une telle investigation est devenue un jeu d’enfant.

En renseignant les mots-clés « neulat » « prestidigitateur » au niveau du champ tous ces mots de la recherche avancée, et en limitant la recherche de ces mots au sein du même paragraphe, 50 résultats, tous pertinents, sont instantanément proposés. L’algorithme a même eu la présence d’esprit, si j’ose dire, d’étendre la recherche au terme « prestidigitation » !

Afin de visionner, dans l’ordre, le film de sa vie, il est préférable de filtrer les résultats par date croissante à l’aide du menu en haut à droite. Ainsi, l’étendue de la carrière du prestidigitateur Neulat (en considérant qu’il n’y en eu qu’un, hypothèse qui se vérifiera après analyse détaillée), nous est dévoilée en quelques clics ! Rendons-nous d’emblée aux derniers résultats, au cas où un faire-part de décès viendrait clore le chapitre.

Effectivement, les contenus des deux derniers entrefilets de presse proposés, tirés du Courrier-de-Saône-et-Loire et du Petit Bourguignon et datés du 15 septembre 1904, nous confirment que la carrière du « renommé prestidigitateur » s’achève là :

« Nous apprenons la mort, à Montreux (Suisse), du renommé prestidigitateur Neulat. Neulat, dont l’épouse, née Castaing, est Chalonnaise, a donné maintes fois l’occasion à nos concitoyens, en des soirées on ne peut plus courues, tant au théâtre qu’à la salle des Fêtes, d’apprécier tout ce que son talent si personnel avait de prodigieux. Il n’était âgé que d’une cinquantaine d’année. Chalonnais de cœur, ayant parmi nous bien des amis et de nombreuses sympathies, c’est dans notre cité qu’il avait résolu de finir ses jours. Seule, l’impitoyable maladie a pu le retenir au bord du Léman. »

Cet extrait, véritable condensé généalogique, nous livre non seulement la date et le lieu de décès de Louis Neulat, renseignements d’autant plus précieux qu’ils auraient été particulièrement délicats à obtenir via une méthode de recherche classique au vu de ses nombreuses tournées, mais également la cause du décès, sa date de naissance approximative, le nom de jeune fille et l’origine de son épouse, confirmant par la même occasion qu’il s’agit effectivement de notre cher prestidigitateur. Enfin, il nous ouvre l’appétit en nous donnant un avant-goût de son talent et de ses représentations. Il est temps d’attaquer le plat de résistance et d’analyser les divers résultats en détail.

Les différents articles de presse peuvent être classifiés en cinq catégories : annonces de spectacle à venir, encarts publicitaires et programmes de spectacles futurs, critiques ou compte-rendu de spectacles passés, état civil, faits divers.

Programme du spectacle du 20 novembre 1897 à Chalon-sur-Saône.

A leur lecture, nous pouvons ainsi reconstituer sa carrière de 1878 à 1904, suivre ses tournées à travers la France et la Suisse, se familiariser avec ses représentations et même apprécier son talent grâce au regard porté par ses contemporains.

Louis Neulat aurait ainsi débuté sa carrière à Paris en 1878, à l’âge de 24 ans. On le retrouve à Marseille en 1880. Il disparaît de la circulation jusqu’en 1885. Certaines de ses annonces portant la mention « dont la presse européenne a fait les plus grands éloges », on peut supposer qu’il a tourné à l’étranger. De 1885 à 1888, il rayonne autour de Chalon-sur-Saône où il s’est marié et anime des spectacles à Chalon, Troyes, Sens, Saint-Claude, Dijon, Beaune. On le retrouve à Brest et Nantes en 1889, à Tours fin 1890-début 1891 et à Bourges en mars 1891. Le mois suivant, le voici de retour à Chalon pendant tout le printemps et l’été. Il opère ensuite à Besançon en octobre 1891 et en Suisse fin 1891-début 1892 (Lausanne, Genève). A Challes-les-Eaux en octobre 1892, il traverse la frontière et semble résider à Genève en 1893 et 1894. En 1895, il tourne à Mulhouse, Chalon et en Suisse et débute l’année 1896 à Limoges puis la poursuit en Suisse, à Genève et à Berne. Il termine 1896 à Mulhouse où il rayonne puis part pour Metz en mars 1897. Fin 1897, il est à Genève, Chalon et Autun. En mars 1898, c’est à Mascara, en Algérie, qu’il fait un spectacle. Il termine l’année à Berne et débute l’année 1899 à Mulhouse puis à Metz. A partir de 1900, ses représentations, à Genève, Mulhouse et Fribourg semblent plus épisodiques. On observe ainsi, à travers ses tournées, deux points d’ancrage forts : Chalon-sur-Saône, son lieu d’origine familiale, et la Suisse, sa résidence.

C’est avec enchantement que nous suivons le prestidigitateur Neulat et sa femme – dont le charme et la voix ne laissent personne indifférent –, au fil de leurs spectacles dans divers cafés, salles des fêtes, théâtres et hôtels de ville. Les avis sont unanimes, ils sont partout acclamés comme l’illustrent les deux extraits de journaux suivants.

Éloge du jeune prestidigitateur Neulat à ses débuts. 

Le prestidigitateur Neulat encensé en 1895.

A la lecture des différents filets de presse, force est de constater que prestidigitateur est un qualificatif bien trop réducteur. Le « professeur Neulat », tel qu’il est désigné, excelle certes dans la haute prestidigitation mais également dans nombre de disciplines merveilleuses et mystérieuses évoquées en ces termes : « magnétisme humain », « cartomancie », « mnémotechnie », « physique amusante », « thaumaturgie », « magie rose », « spiritisme », « suggestion mentale », « transmission de pensée », « occultisme » et « hypnotisme ». Il est à noter que le mot « magie » n’apparaît quasiment jamais. Tous ces termes constituent d’ailleurs autant d’associations possibles au nom «neulat» dans le moteur de recherche avancée de RetroNews afin d’obtenir des résultats complémentaires.

En outre, cette dénomination, « professeur Neulat », présente une occasion rêvée d’utiliser un champ particulier de la recherche avancée : cette expression. En effet, cette fonctionnalité permet de rechercher une association de mots dans tous les titres de presse et nous livre, dans le cas présent, 49 résultats, dont certains complémentaires des précédents. Cette recherche est ainsi beaucoup plus fine que la recherche Tous ces mots au sein du paragraphe qui nous livrerait 101 résultats, dont la moitié inappropriés.

Parmi ces différentes disciplines ésotériques, il en est une qui fascine particulièrement : l’hypnotisme. Science nouvelle, réhabilitée et démocratisée par le médecin Charcot en 1878, soit seulement huit ans avant les premières représentations du professeur Neulat, elle intrigue et émerveille. Réactions parfaitement compréhensibles comme l’attestent certains articles, dont celui-ci :

Toutefois, cette science suscite autant d’émerveillements que de controverses, certains avocats n’hésitant pas à déclarer sa pratique, hors du champ médical, comme illégale. Il faut dire que les expériences du professeur Neulat ne sont pas sans conséquence et provoquent parfois des situations cocasses, qui viennent alimenter les faits divers locaux. A titre d’exemple, cette description d'une scène étrange à la suite d'une soirée donnée par le professeur Neulat : 

Je pourrais m’émerveiller encore longtemps devant tous ces savoureux articles de presse ancienne qui nous laissent goûter ces brins de vie de nos aïeux. Je pourrais vous conter comment on y découvre les publications de mariage de Monsieur et Madame Neulat à Chalon-sur-Saône ou encore les liens du professeur Neulat avec la franc-maçonnerie, mais je craindrais trop de vous lasser. Aussi me contenterais-je de vous exhorter à mener votre propre enquête.

 

-

Passionné de généalogie depuis l’âge de douze ans, Tony Neulat est rédacteur dans La Revue française de généalogie et membre de la European Academy of Genealogy. Il partage, depuis 2009, son expérience et ses conseils à travers ses publications et ses formations. Il est également auteur des guides Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiquesRetrouver ses ancêtres à Malte et Trouver des cousins inconnus ou perdus de vue.