Généalogie

Un militaire dans la famille ? Retracez sa carrière grâce à RetroNews !

le 07/03/2022 par Tony Neulat
le 06/08/2021 par Tony Neulat - modifié le 07/03/2022
Photographie d'un militaire - source : collection personnelle

Toute évolution majeure dans la situation d’un fonctionnaire, et a fortiori d’un militaire, faisait l’objet d’un acte officiel, enregistré dans le Bulletin des lois, puis le Journal officiel, et relayé par la presse. Il est ainsi possible de reconstituer précisément le curriculum vitae d’un militaire, au fil de ses mutations, promotions, décorations, et ce, jusqu’à la fin, qu’elle soit heureuse (pension de retraite) ou tragique (décès). Voici la démarche.

Si un membre de votre famille était fonctionnaire, que ce soit dans les postes, les chemins de fer, l’enseignement, la police ou encore l’armée, réjouissez-vous ! La presse, tant officielle que traditionnelle, vous permettra de suivre chaque étape de son parcours professionnel. Tâchons, à titre d’exemple, de reconstituer la carrière du colonel Joseph Neulat (1854-1939).

3 siècles de presse à explorer

Retrouvez vos ancêtres sur RetroNews

Accédez à votre histoire en illimité grâce aux archives de presse présentes sur RetroNews. 

EN SAVOIR PLUS

Tout d’abord, exploitons le Journal officiel afin d’esquisser les grandes lignes de son curriculum vitae. À l’aide de la recherche avancée de RetroNews (réservée aux abonnés), saisissons « Neulat » au niveau du critère « Tous ces mots » et limitons le « Titre de publication » au « Journal officiel de la République française ». Cette recherche livre un nombre raisonnable de résultats (41). Dans le cas contraire, il est possible de restreindre le nombre de résultats en ajoutant le prénom de la manière suivante : renseignez les termes « nom (prénom) », tel que « neulat (joseph) », au niveau du champ « Cette expression ». Gardez à l’esprit que le prénom n’est pas toujours indiqué en toutes lettres, voire peut être omis, de sorte que cette méthode est susceptible d’occulter des sources essentielles. La recherche peut, sinon, être ciblée davantage en ajoutant un grade ou un régiment. Une fois affichés les résultats, trions-les par « date croissante » à l’aide du filtre en haut à droite.

Parmi les résultats intéressants, mentionnons le Journal officiel du 1er juillet 1874 qui précise qu’un certain Neulat est admissible aux examens oraux du concours pour l’École spéciale militaire ; celui du 4 octobre 1874 qui révèle que le même Neulat est admis à l’école spéciale militaire et est classé 244e sur 400 ; celui du 28 octobre 1874 qui déclare que ledit Neulat obtient une bourse car son père, homme de lettres et professeur, avec 3 enfants à charge, ne dispose pas des ressources suffisantes ; et enfin celui du 16 septembre 1876 qui nous apprend que ledit Neulat est sorti de cette école le 11 septembre 1876 et est classé 64e sur 393.

On constate, comme évoqué précédemment, que le prénom n’est mentionné dans aucun de ces quatre extraits, ce qui n’est pas sans complexifier l’identification des individus. Quoi qu’il en soit, ce dénommé Neulat constitue un bon candidat puisque Joseph était âgé de 20 ans en 1874. La collection du Journal officiel, en ligne dans RetroNews, étant incomplète à ce jour, il est possible d’étendre la recherche dans Gallica. On retrouverait alors plusieurs mentions de notre militaire à l’occasion de ses promotions ou mutations. Mais poursuivons plutôt nos recherches dans RetroNews.

En effet, un quotidien précieux pour nos investigations est disponible dans RetroNews de 1880 à 1931 : La France militaire. La recherche du mot-clé « Neulat » au niveau du critère « Tous ces mots », limitée au « Titre de publication » : « La France militaire », aboutit à 42 résultats que nous classons de nouveau par ordre chronologique. Parmi ces résultats, la plupart concernent le futur colonel. À l’aide de ces différentes mentions, composées parfois d’une simple ligne, il est possible de suivre le militaire Neulat au fil de ces promotions et affectations. Voici quelques exemples :

« Nominations & mutations […] Par décret du Président de la République, en date du 11 juin 1882, rendu sur la proposition du Ministre de la Guerre, ont été nommés dans l’arme de l’infanterie, et ont reçu les affectations ci-après indiquées, les officiers dont les noms suivent, savoir […] Au grade de lieutenant […] M. Neulat, sous-lieutenant au 113e de ligne […]  Affecté au 72e de ligne. » (18 juin 1882)

« Mutations. Service d’état-major. Par décision ministérielle du 7 janvier 1897 […] M. Dupuis, capitaine breveté au 2e d’infanterie, stagiaire à l’état-major de la 10e brigade d’infanterie (5e division, 3e corps), a été mis en activité hors cadre pour être affecté au service d’état-major, en remplacement de M. le capitaine Neulat, promu et réintégré dans les cadres de l’arme de l’infanterie, et a été désigné pour servir en qualité d’officier d’ordonnance auprès de M. le général commandant cette brigade et les subdivisions de région de Caen, du Havre, de Falaise et de Lisieux. » (8 janvier 1898)

« Promotions […] Infanterie. Au grade de colonel […] Neulat, lieut.-col. brev. au 91e rég. d’inf., en rempl. de M. Belin, promu ; aff. 157e rég. d’inf. » (28 juin 1910)

« Pensions. Par décret du 21 avril 1914, sur le rapport du ministre de la guerre, il est accordé à chacun des officiers dénommés ci-après une pension de retraite fixée conformément aux indications suivantes : Neulat, colonel d’inf., 5213 fr. » (30 avril 1914)

Tel un enfant qui tracerait une voie ferrée en joignant divers tronçons de rail, nous pouvons ainsi reconstituer la voie professionnelle suivie par Joseph Neulat en mettant bout à bout ces différents articles. La carrière du colonel peut alors être résumée ainsi :

- Avant 1882 : sous-lieutenant au 113e,

- 11 juin 1882 : lieutenant au 72e,

- Avant 1890 : capitaine hors cadre (service d’état-major),

- 10 octobre 1890 : capitaine au 72e,

- 29 décembre 1897 : chef de bataillon au 107e,

- 12 mai 1900 : chef de bataillon hors cadre (service d’état-major),

- 24 juin 1906 : lieutenant-colonel au 91e,

- 25 juillet 1908 : lieutenant-colonel au 91e affecté à Verdun,

- 28 juin 1910 : colonel au 157e,

- 25 mars 1912 : chef d’état-major 4e corps,

- 21 avril 1914 : pension d’un montant de 5213 francs.

Bien que l’exercice ne présente pas de difficulté particulière, il peut s’avérer relativement long… à moins de découvrir, glissée parmi les résultats proposés, une magnifique surprise comme celle-ci :

Cet article retrace tout simplement l’intégralité de la carrière du colonel Neulat, depuis son entrée à l’École spéciale militaire en 1874 (comme nous l’avions deviné à l’aide du Journal officiel) jusqu’en 1910 ! Il présente un niveau de détail digne de son registre matricule, voire de son dossier d’officier !

Après une telle découverte, qu’espérer de plus ?

Restons curieux car de nombreuses références supplémentaires au colonel Neulat nous attendent. Sa participation à divers événements militaires permet d’établir qu’il réside à Lyon en 1911 et 1912. Un article du journal Le Drapeau (autre quotidien militaire) du 24 novembre 1883 signale que Joseph Neulat, lieutenant au 72e de ligne, obtient son brevet d’état-major à sa sortie de l’École supérieure de guerre en novembre 1883. La saisie des termes « colonel Neulat » au niveau du critère « Cette expression » de la recherche avancée suggère 18 résultats, tous appropriés, et ce, dans toutes sortes de journaux de 1910 à 1939. On y découvre que le colonel Neulat, véritable notable local, anime et participe à diverses cérémonies officielles au Mans, où il réside dès 1913, qu’il est nommé officier de la Légion d’honneur en juillet 1914, qu’il s’investit, après la Guerre 14-18, en tant que délégué régional au Mans de la Société de secours aux blessés militaires, et enfin, qu’il décède pieusement au Mans en juin 1939, comme l’annonce Le Figaro du 23 juin 1939 :

En élargissant les recherches à l’aide de nouveaux mots-clés, constitués de combinaisons de son nom et de ses grades ou domiciles successifs – lesquels sont précisés dans sa biographie publiée dans La France militaire –, moult résultats additionnels s’affichent et permettent d’enrichir la biographie du colonel Neulat. En particulier, il apparaît que :

- Joseph Neulat se marie avec Alice Verrier en mai 1888 à Amiens, leurs bans et leur mariage ayant été largement diffusés dans la presse et en particulier dans Le Progrès de la Somme, Le Figaro, le Journal des débats politiques et littéraires, La Gazette de France et Le Siècle.

- Le couple donne naissance à trois enfants : Louis Joseph Henri le 4 avril 1889, Paul Camille Robert le 23 août 1890 et Alice le 15 février 1893, tous trois nés au 62 rue Boucaque à Amiens.

- Le couple a pour petits-enfants Yves Neulat, Jacques Raffard, Gérard Neulat et Solange Neulat d’après le faire-part de décès de la mère d’Alice Verrier, dénommée Valentine Douchet et décédée le 28 décembre 1926 à Amiens.

- Le couple a un léger accident de voiture sur la route de Piré à Châteaugiron en septembre 1912.

- Etc.

Je couperai court ici à la liste – déjà bien assez longue mais ô combien merveilleuse pour les généalogistes ! – des nombreuses références aux militaires susceptibles d’être dénichées dans la presse ancienne.

Que de précieux renseignements généalogiques récoltés depuis chez soi grâce à RetroNews ! Que d’éléments disponibles pour reconstituer l’histoire de sa famille et la biographie de ses ancêtres ! Quelle abondance d’informations pour redonner les couleurs de la vie à nos aïeux !

Sans compter qu’une recherche analogue pourrait être menée sur l’un des fils de Joseph, également militaire, ou son père, homme de lettres, lesquels n’ont évidemment pas échappé aux mailles des filets de la presse. Mais c’est une autre histoire…

-

Passionné de généalogie depuis l’âge de douze ans, Tony Neulat est rédacteur dans La Revue française de généalogie et membre de la European Academy of Genealogy. Il partage, depuis 2009, son expérience et ses conseils à travers ses publications et ses formations. Il est également auteur des guides Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiquesRetrouver ses ancêtres à Malte et Trouver des cousins inconnus ou perdus de vue.

NOUVEAUTÉ - Guide de généalogie

Gallica et RetroNews : deux eldorados généalogiques

Dans ce guide pratique, le généalogiste Tony Neulat vous donne les clés pour naviguer efficacement dans Gallica et RetroNews et partir à la découverte de vos ancêtres.

En savoir plus